mon dernier blog

rituel dodo

wanis

Chaque soir je tentais de retarder l’inévitable rituel, les yeux écarquillés sous une lumière crue. Le sommeil viendrait me prendre et je basculerais dans l’autre monde et ses écoeurantes activités. La peur m’avait dicté un stratagème.

Je m’éveillais haletant, emmailloté de la tête aux pieds dans un drap, comme momifié. Pris de panique, je peinais à me libérer du linceul. La texture du rêve avait gagné en intensité, l’objet du désir était à portée. Je ne devais pas flancher, la nuit prochaine serait sans doute l’ultime.

Toujours ces traces noires, flammes de suie qui traversent l’espace. Le chatoiement fuligineux m’inonde soudain. Le noir est total, absolu.

Le désir a tué le plaisir.