mon dernier blog

patte de loup et langue de velours

wanis

Les branches ployaient sous les fruits mûrissants. A califourchon sur une branche, patte de loup enrobait, à main nues, chaque fruit d’une gangue de fil de fer barbelé afin d’éviter la goinfrerie volatile. Ce qui n’empêche pas les vers d’en profiter pensait malicieusement langue de velours.

A perte de vue les carapaces métalliques scintillaient au soleil. Les arbres, effeuillés, ressemblaient à de grotesques instruments, croisement d’une masse d’armes et d’un chat à neuf queues. Patte de loup sauta au bas de l’arbre et langue de velours lécha ses mains meurtries, absorbant la douleur.

Un oiseau manifesta sa rage. Il arrivait que langue de velours en charme par son verbiage, donnant occasion à patte de loup de goûter à leur plumage. Mais, ceci est une autre histoire..