mon dernier blog

par delà le roc d'épouvante

wanis

Il avançait vers l’horizon barré d’arbres mimétiques, le penser débranché, les sensations exacerbées. Le vent frissonna l’agonie des fleurs, la surface de l’eau empoisonnée frémit. A l’orée du nouveau défi, il s’arrêta, bloqué par une pensée parasite. La volonté semblait l’abandonner, nulle aide compréhensible ne survînt. Enfin, il bascula au sommet de la dune.

Au bord de l’océan la tortue s’agite sur le dos. Sa carapace d’ors délicatement ciselée est menacée d’engloutissement par la marée de ciment. Il ouvre la boîte de crayons de couleur et en barbouille le ciel ébahi par tant d’audace. La tortue s’élève et marche parmi les étoiles, le reflux de la nuit commence.