mon dernier blog

mc'r 42

wanis

Les tentacules lumineuses fouillent les ténèbres, Mc’r y tient la vedette. Le bord des paupières rougi, les yeux gonflés et douloureux, je fixe la couture blanche d’un tricot malsain et dévore une à une les braises amarantes. Dans la forêt sombre, un cerf majestueux me toise et, brusquement, tente d’encorner le bolide. Les écritures virevoltent dans la bourrasque de vitesse, les morceaux de temps s’accouplent en rafale, mais je maintiens toutefois le cap en évitant la brûlure.
Mc’r 42, c’est encore trop loin pour mourir.