mon dernier blog

les ciseaux

wanis

Dans un tiroir gît, oubliée, une paire de ciseaux.
Combien d’artères tranchées ? De giclées assassines ? De cris d’excitation ? Les souvenirs se bousculent.

Les mains crispées, douloureuses, enregistrent les derniers spasmes, les dernières pulsations de vie. La tête retombe, flasque, dans le seau ou s’égoutte le sang. La chaleur au contact du plumage ébouillanté. Les gestes mécaniques, rituels, menant du statut de dépouille à celui, honorifique, de plat du dimanche.

Les ciseaux sont légers, le métal légèrement oxydé. Inutilisés depuis trop longtemps, je les jette.