mon dernier blog

la ville aux 1000 boucheries

wanis

Tentaculaire, la ville s’était étirée anarchiquement le long de ses voies de communication. Point commun à tous ces axes d’expansion : la boucherie / charcuterie. Pas un bout de ruelle qui n’avait son étal ! La ville ne semblait pas s’offusquer des chapelets de viande, carcasses et flots d’entrailles qui encombraient ses trottoirs coagulés.
Une étrange amnésie frappait tous les habitants, faisant craindre une proche catastrophe. Le bétail allait bientôt manquer, l’heure des vaches maigres sonner. Et après ? Des solutions monstrueuses étaient évoquées sous le manteau, de celles que personne n’ose cautionner, souvent évoquées à l’humour truelle, mais qui, un jour, deviendront respectables.
En cet instant, je mange une salade, c’est (encore) toléré sinon autorisé.