mon dernier blog

la moustache

wanis

Le bébé avait encore vomi durant la nuit, et ce depuis le déménagement, soit cinq semaines. Les médecins se perdaient en conjectures, le rôle du coupable étant tenu par une bactérie, un coup de froid, un coup de chaud, une allergie … Le bébé lui se portait comme un charme, vorace en diable.
Cette nuit je veillerais, et ne m’endormirais point !
Un crissement strident, une ombre ondulante me firent dresser les cheveux sur la tête. A la lueur du feu, j’aperçus le rat. D’un bel acabit, il trotta tranquillement jusqu’au carton qui tenait lieu de berceau, s’arrêta un instant pour écouter le craquement du bois. Je décidais de me tenir coi.
L’animal se décida enfin et s’approcha du visage joufflu du bébé. La pénombre m’empêcha de voir précisément ce qu’il se passa ensuite mais, au final, le rat se délecta goulûment.