mon dernier blog

la morsure

wanis

Le chien déterre un à un les os cachés par son prédécesseur dans le jardin. Il me les apporte aussitôt, la truffe salie mais l’oeil humide de défi, narquois oserais-je dire. Je ne manque bien évidemment aucune occasion de le récompenser. En fin limier il m’épie, attendant que je me trahisse en lorgnant du côté de la pelle.

Dans l’attente de la morsure, je construis mon ennemi.