mon dernier blog

l'odeur de la nuit

wanis

Retenant ma respiration, je scrutais la nuit. Un rai de lumière éclairait le bureau. Mon regard était fixé sur la commode. Là ! Quelque chose avait bougé. J’étrécissais mes yeux, rendant volontairement mon champ de vision étroit et flou, comme si cela empêchait le danger et la peur de pénétrer en moi. L’ombre agita mollement un de ses appendices, à l’affût du moindre relâchement. Je devais tenir la bête en respect jusqu’à l’aube.

Au bout d’un temps infini, le plancher craqua à ma gauche, juste au pied du lit. Un fugitif instant je quittais la tache sombre du regard, elle en profita pour disparaître. Une terreur sans nom parcouru ma peau, bloqua ma gorge. Dans le même instant une main de velours s’abattit sur mon épaule. Un souffle immonde, à l’odeur pestilentielle de fromage avarié m’amena au bord de la nausée.

Avarié ? Fromage avarié ?? Couillon de chat mangeur de fromage !!! J’attrapais le félin par la peau du cou et l’envoyais voltiger sur le tapis.