mon dernier blog

au delà du seuil

wanis

La pierre, unique dent saillante dans une bouche de terre, semblait me guetter. Je la pris comme repère et amorçait une marche arrière. Je calais, puis reculais de nouveau légèrement, pestant contre ce champ mou. Je croyais avoir enclenché la marche avant mais je reculais encore. La pierre, de lointaine, était devenue terriblement proche. Devant moi, une ornière de boue me suggère de reculer encore un peu. J’exécute la manoeuvre en me retournant pour fixer la pierre, qui semble s’être encore rapprochée. J’avance enfin mais le rayon de braquage est trop court et m’interdit de repartir sans escalader l’autre bord du chemin. Énervé, je décide de m’éloigner d’un grand arc arrière en évitant la pierre que je ne vois plus, trop proche sans doute. J’enclenche donc lentement la marche arrière, percevant la pierre sur ma gauche, et accélère à fond pour me dégager largement de ce piège. Le choc me surprend totalement, la pierre est heurtée de plein fouet au beau milieu du pare-chocs arrière. Ulcéré, je descends de voiture, de la pierre fissurée s’échappe un filet d’écume blanche. Au loin, j’aperçois le ruban herbeux du chemin.