mon dernier blog

2006

wanis

En cette douce nuit du nouvel an, après les agapes rituelles, l’excitation m’avait maintenu éveillé dans mon lit. Mû par une soudaine inspiration je me levais et allait observer la nuit. Je ralentis les pulsations de mon coeur et savourais l’air froid.
A mon retour, la place est occupée, par moi-même. Je rêve, il rêve, nous rêvons ? Quelle est cette nouvelle farce ?

Je m’observe en silence, je parais endormi et serein, ma respiration est profonde et régulière. Ma conscience m’échappe, elle se dissout lentement tel un morceau de sucre dans une tasse de café. Je m’agrippe brusquement à mon second moi, il geint mais ne se réveille pas. Soit, adieu l’ami, je m’en vais créer ma propre réalité.

La route est vierge de traces, le tracé serpente entre les murs abrupts de la gorge. Les arbres cristallisés, les cascades pétrifiées sont magnifiques. Un étrange oiseau s’envole à main gauche, sur son plumage je crois voir apparaître un nom connu.