mon dernier blog

à la douzaine

wanis

Douze étaient partis conquérir le monde, fiers et braves.

La chasse avait été bonne. Les corps sont allongés sur la terre battue. L’air frais et sec de la cave est idéal pour la conservation. Dans la pénombre, les chairs prennent des teintes nacrées, roses, rouges et jaunes, assorties aux lauriers. Des parfums entêtants s’en exhalent. J’essaie de les distinguer, jouant avec mon odorat.

Mais trêve de rêverie, la partie la plus technique débute. Je lave et essuie les dépouilles. Je les range à plat, évitant tout contact entre elles et les déprédations dues à la gravité.

J’aime me remémorer le souvenir des faits d’armes passés, aussi j’en profite pour examiner les précédentes victimes, Vidées de leur fluides vitaux, elles hurlent leur identité. Je sais ou habitent leurs proches.

Douze avaient défié le monde.